Vaccins : ces engagements secrets États-labos qui effraient

Les contrats liant les États européens aux entreprises pharmaceutiques, en cas d’effets secondaires des vaccins ne semblent rien présager de bon. In fine, ce sont les contribuables qui pourraient payer les indemnisations… Explications.

Les contrats liant les États européens aux entreprises pharmaceutiques, en cas d’effets secondaires des vaccins ne semblent rien présager de bon. In fine, ce sont les contribuables qui pourraient payer les indemnisations… Explications.

Bien qu’attendus comme le Messie, les vaccins contre la Covid-19 engendrent bien des soucis. La course effrénée n’est en effet pas sans risque, et ce, autant sur le plan sanitaire que financier. Les laboratoires du monde entier ont en effet été sommés de développer et distribuer des centaines de millions de doses de leurs remèdes, dans des délais exceptionnellement restreints.

En contrepartie, la Commission européenne a dû prendre un sérieux engagement au nom de ses États membres. Selon les contrats liant l’instance supranationale avec six entreprises pharmaceutiques que sont AstraZeneca, Moderna, Sanofi-GSK, Pfizer, Johnson&Johnson, CureVac, les 27 pays de l’Union Européenne devront les indemniser en cas de préjudices liés aux éventuels effets secondaires du vaccin.

Vaccin anti-covid : les laboratoires exemptés de toutes potentielles indemnisations des victimes ?

Si, d’après le droit européen, ce sont uniquement les laboratoires qui seront tenus responsables lors de procès, ou condamnations, ils pourraient toutefois bien échapper aux indemnisations des victimes. La réparation pourrait en effet être supportée par les États, soit, in fine, par les contribuables de l’UE, rapporte Capital….

Lire la suite sur Planet

Ne ratez plus rien !Soyez le premier à être informé des dernières actus du web
  • Les dernières actualités politiques et sociales
  • Les bons plans et meilleurs conseils
  • Etc ...