“Oublier le mot déconfinement” au profit de “l’allègement” : ce que cela sous-entend

Le terme semble devenu tabou. Si Yves Buisson, épidémiologiste et membre de l’Académie médecine a appelé à “oublier le mot déconfinement”, de son côté, le Premier ministre ne parle plus de “déconfinement” mais seulement “d’allègement”. Jusqu’à quand le pays restera-t-il sous cloche ?

Le terme semble devenu tabou. Si Yves Buisson, épidémiologiste et membre de l’Académie médecine a appelé à “oublier le mot déconfinement”, de son côté, le Premier ministre ne parle plus de “déconfinement” mais seulement “d’allègement”. Jusqu’à quand le pays restera-t-il sous cloche ?

Nous le savons à présent, le déconfinement n’est plus à l’ordre du jour. “Je crois qu’il y a un mot qu’il faut oublier, c’est le mot “déconfinement”. Il n’est plus question de déconfiner, il est question d’adapter le confinement pendant les mois qui viennent”, a préconisé Yves Buisson au micro de BFMTV, le 10 novembre dernier.

Covid-19 : vers un déconfinement partiel ?

Pour appuyer ses propos et son idée d’un déconfinement seulement partiel et non général comme en mai, l’épidémiologiste prend l’exemple du premier confinement. “Il faut tirer les leçons du passé. Lorsque l’on déconfine, le virus circule toujours et on va avoir un rebond épidémique, observe-t-il. Il ne faut pas déconfiner largement, n’importe comment comme ça a été fait parce qu’on est sûr du résultat : l’épidémie repartira”, a-t-il prévenu.

Lire la suite sur Planet

Ne ratez plus rien !Soyez le premier à être informé des dernières actus du web
  • Les dernières actualités politiques et sociales
  • Les bons plans et meilleurs conseils
  • Etc ...