Les radars “pédagogiques” ne sont en fait pas réglementaires

Les Françaises et les Français les connaissent bien : ils sont parfois floqués d’un petit personnage souriant ou, au contraire, tirant la tête. Ces dispositifs, parfois appelés feux “comportementaux” ou radars “pédagogiques”, sont pourtant contraires à la réglementation.

Les Françaises et les Français les connaissent bien : ils sont parfois floqués d’un petit personnage souriant ou, au contraire, tirant la tête. Ces dispositifs, parfois appelés feux “comportementaux” ou radars “pédagogiques”, sont pourtant contraires à la réglementation.

Il va falloir s’en débarrasser. Ces radars, bien connus des usagers de la route qui arpentent les chemins d’asphaltes de l’Hexagone, n’ont plus les grâces du gouvernement. Le ministère de l’Intérieur, récemment questionné par le sénateur Les Républicains Cédric Perrin, a fait savoir qu’il ne voulait plus les voir sur le sol français.

Mais de quel type de dispositif parle-t-on, au juste ? Il en existe plusieurs : entre les radars tourelles, les radars fixes, les radars autonomes, ceux installés sur les passages à niveaux, les mobiles et les radars embarqués, il y a de quoi faire. Pour l’heure aucun de ces appareils ne semble agacer les fonctionnaires de la Place Beauvau. Au contraire, en vérité ! Le seul à ennuyer à ce point l’administration, c’est le radar dit “pédagogique”. Soit le seul à ne pas sanctionner les automobilistes…

Qu’est-ce qu’un radar pédagogique ?

“Le radar pédagogique affiche la vitesse en vert si l’usager est en deçà de la limite et en rouge au-delà (jusqu’à un seuil maximum, généralement 20 km/h au-dessus de la limite)”, écrit le site de la sécurité routière dans son article consacré à ce dispositif. Les autorités poursuivent. “Il affiche également un message d’…

Lire la suite sur Planet

Ne ratez plus rien !Soyez le premier à être informé des dernières actus du web
  • Les dernières actualités politiques et sociales
  • Les bons plans et meilleurs conseils
  • Etc ...