Les jours fériés supprimés en mai pour faire repartir l’économie ?

Les salariés devront-ils “payer le coût de la crise” ? Selon Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, il faudra travailler plus après le confinement. La question des jours fériés et des congés payés devra alors être posée.

Les salariés devront-ils “payer le coût de la crise” ? Selon Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, il faudra travailler plus après le confinement. La question des jours fériés et des congés payés devra alors être posée.

“Il faudra bien se poser la question tôt ou tard du temps de travail, des jours fériés et des congés payés pour accompagner la reprise et faciliter, en travaillant un peu plus, la création de croissance supplémentaire.”Ces propos, tenus ce week-end par le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, dans les colonnes du Figaro, ont créé la polémique. Si une partie du gouvernement semble approuver cette proposition, les syndicats s’en inquiètent.

Confinés depuis le 17 mars dernier et, a priori, jusqu’au 11 mai prochain, selon les dernières annonces d’Emmanuel Macron ce lundi 13 avril au JT de 20h de TF1, les Français vont-ils devoir par la suite travailler davantage ?

“Même en temps de guerre, on n’a jamais connu une crise où on a été obligé de fermer l’économie, dans quasiment tous les pays en même temps, en huit jours (…) Tout le monde a bien compris que cette crise est l’épreuve d’une génération et qu’on a, collectivement, une immense responsabilité, comme nos parents qui n’ont pas eu le droit à l’erreur après la Seconde Guerre mondiale”, a ajouté le président du Medef.

Il estime que l’important est “de remettre la machine économique en marche et de reproduire de la richesse en masse, pour…

Lire la suite sur Planet

Ne ratez plus rien !Soyez le premier à être informé des dernières actus du web
  • Les dernières actualités politiques et sociales
  • Les bons plans et meilleurs conseils
  • Etc ...