Disparition de Delphine Jubillar : pourquoi la thèse du départ volontaire ne tient plus ?

L’enquête pour l’enlèvement et la séquestration de Delphine Jubillar, née Aussaguel, continue. Près d’un mois après la disparition de la trentenaire, pourquoi la piste du départ volontaire ne tient-elle plus ? Planet fait le point.

L’enquête pour l’enlèvement et la séquestration de Delphine Jubillar, née Aussaguel, continue. Près d’un mois après la disparition de la trentenaire, pourquoi la piste du départ volontaire ne tient-elle plus ? Planet fait le point.

Suicide, départ volontaire, enlèvement, meurtre… Nombreuses sont les pistes explorées par les enquêteurs depuis la mystérieuse disparition de Delphine Jubillar à Cagnac-les-Mines, dans le Tarn. Au beau milieu de la nuit, cette infirmière de 33 ans s’est volatilisée. Alors qu’elle prenait son fils de six ans dans ses bras la veille pour lui souhaiter une bonne nuit ; impossible de savoir où se trouve la mère de famille le matin du 15 décembre. Après de nombreuses recherches policières et deux battues citoyennes infructueuses, une enquête a finalement été ouverte pour enlèvement et séquestration. 

Pourtant, dans les premiers jours de l’enquête, il n’était pas exclu que cette femme soit partie de son propre chef. Selon une voisine, – dont les propos ont été accueillis avec précaution par les forces de l’ordre – Delphine serait partie vêtue d’une doudoune blanche et accompagnée de ses deux chiens au milieu de la nuit. L’oncle de la disparue, interrogé par Le Parisien, était persuadé que sa nièce était toujours vivante et partie de son plein gré. Pour quelles raisons Delphine Jubillar, née Aussaguel, aurait quitté son domicile du jour au lendemain,…

Lire la suite sur Planet

Ne ratez plus rien !Soyez le premier à être informé des dernières actus du web
  • Les dernières actualités politiques et sociales
  • Les bons plans et meilleurs conseils
  • Etc ...